Enquête régionale : les retraités en Aquitaine (2018)

Enquête régionale : les retraités en Aquitaine (2018)

Selon les dernières projections de l’INSEE (publication 2017), la part des seniors atteindrait 27,2 % de la population française en 2050 (soit 9,7 points de plus qu’en 2013). Les seniors de plus de 75 ans représenteraient 16,4% de la population totale (+9% par rapport à 2013).

En Nouvelle-Aquitaine, la part des seniors atteindrait 31% de la population en 2050. Cet accroissement serait dû :

  • d’une part à l’arrivée de seniors provenant d’autres régions, même si ce phénomène impacte davantage les autres classes d’âges. La Nouvelle-Aquitaine serait en 2050 la 2e région à accueillir le plus de séniors ;
  • mais surtout à une augmentation de l’espérance de vie à la naissance qui atteindrait en 2050 89,6 ans pour les femmes (84,6 ans en 2013) et 86,1 ans pour les hommes (78,2 ans en 2013).

Globalement, l’espérance de vie à la naissance progresse mais l’espérance de vie en bonne santé se stabilise (source : données INSEE 2016 – publication DRESS janvier 2018). Nous serons donc amenés à vivre plus longtemps mais ces années à vivre seront probablement accompagnées d’une qualité de vie amoindrie.

Afin de répondre de manière la plus harmonisée possible aux enjeux du vieillissement sur l’ensemble du territoire aquitain, les principaux régimes de retraite - Régime général (CARSAT Aquitaine), Régime Agricole (MSA) et la Sécurité Sociale des Indépendants (SSI), proposent une offre commune en direction des retraités sur le champ de la prévention et de la préservation de l’autonomie. Cette offre vise à :

 

  • informer et conseiller les retraités sur des thématiques telles que la nutrition, la mémoire, l’équilibre, le sommeil, l’activité physique et le logement. Ces actions entrent dans le cadre d’un Programme Inter-Régime de Prévention (PRIP) et se concrétisent par :
    - des conférences de sensibilisation ;
    - la diffusion de support d’information ;
    - des ateliers en petit groupe pour des conseils personnalisés.
  • Proposer une évaluation globale des besoins à domicile.
  • Accompagner les retraités dans les situations particulièrement difficiles (perte d’un proche, retour à domicile après hospitalisation...).
  • Favoriser le développement de logements adaptés au vieillissement, garantissant sécurité et services : Résidences autonomie, Marpa, etc.
  • Simplifier les démarches en collaborant avec de nombreux partenaires dont les collectivités territoriales.

Le dispositif d’évaluation du PRIP, initié en 2012, a permis de constater l’efficacité des actions collectives sur les comportements en prévention et la qualité de vie perçue des participants aux ateliers. Cependant, cette évaluation ne permet pas de vérifier que les actions collectives proposées correspondent aux besoins en prévention des différents publics de seniors de la région.